Historique

Historique

Ce site a été réalisé par la société Archimed, le groupe Archimed rassemble 4 activités :

La division Culture et Savoir est leader français dans la mise en place de portails culturels, d'espaces publics multimédias et de portails de gestion, de recherche et de diffusion documentaires.

La division Neolage est spécialisée dans la mise en place de projets de GED, de numérisation, de capitalisation des connaissances, de travail collaboratif, d'archivage, de gestion du courrier, de photothèque, de veille documentaire et de workflow...

La filiale Doxense de gestion des impressions est spécialisée dans l'audit et les statistiques sur les impressions et les consommables, la rationalisation des coûts, l'optimisation du parc pour un gain de productivité, l'externalisation des matériels et services.

La filiale cap RH est spécialisée dans les systèmes intégrés de gestion administrative et financière de la formation, dans la gestion des compétences et des carrières et propose dans sa gamme logicielle une plateforme de e-learning et de suivi de la formation.

Accueil

Historique des bibliothèques

Les confiscations révolutionnaires des fonds d’anciennes abbayes telles que Corbie, Sélincourt ou Saint-Fuscien permirent à la ville d’Amiens de réunir une collection importante de manuscrits et de livres anciens. Dès 1811, un premier projet d’aménagement de locaux réservés à la conservation de ces collections est envisagé en surélévation de l’hôtel de ville. En 1823 on décide de construire un bâtiment propre à la future bibliothèque sur un terrain acquis par la ville en 1820 rue Royale (actuelle rue de la République), occupé antérieurement par l’abbaye de Moreaucourt. La bibliothèque d’Amiens est l’une des plus anciennes de France, l’idée de réaliser une bibliothèque publique étant nouvelle à l’époque.
 
De 1823 à 1826, l’édifice s’élève sur les plans de l’architecte Cheussey avec quelques modifications opérées par l’architecte parisien Guy de Gisors le jeune. Cet édifice comprend une longue galerie à éclairage zénithal s’ouvrant sur sa partie centrale par une demi-coupole en hémicycle. La façade est accompagnée d’un péristyle composé de 10 colonnes. La décoration intérieure est de style néo-classique. Boiseries, colonnes et pilastres sont recouverts de peintures faux marbre de couleurs jaune de Sienne, vert antique et blanc. En 1842, le conseil municipal décide de rajouter une galerie derrière le corps principal du bâtiment. En 1867 est aménagée la salle l’Escalopier afin de présenter la collection du comte Charles de L’Escalopier dont la veuve venait de faire don à la ville.

 

La bibliothèque venait de s’enrichir de 15 000 volumes dont 121 manuscrits. En 1897 est inauguré le monument réalisé par le sculpteur Albert Roze en l’honneur du maire Frédéric Petit, placé au centre de la cour. En 1900, afin d’agrandir les locaux, deux ailes en retour furent ajoutées au bâtiment principal grâce au financement du mécène Auguste Janvier. Une salle de lecture est installée dans l’aile nord. En 1979, les façades des bâtiments du XIXème siècle et une partie de la décoration intérieure sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

 

En 1982 débute un important programme de rénovation. Un nouveau bâtiment ouvre ses portes à l’arrière de l’édifice du XIXème siècle,comprenant de vastes lieux de stockage, une salle de lecture et une bibliothèque pour enfants. En 1991, le projet de rénovation du bâtiment du XIXème siècle, jusqu’alors stoppé, reprend : les locaux sont modernisés et on diversifie les services rendus au public. Le projet est réalisé par les architectes Serge Gasnier et François Gossart. On inclut l’aménagement de deux auditoriums, un vaste espace ouvert à la médiathèque, la vidéothèque et l’artothèque. On réaménage l’espace enfants, la salle du fonds d’étude et des salles d’expositions.

 

En avril 1993 les nouveaux lieux sont inaugurés, enfin les façades sont nettoyés en 1998 et en sas en verre est construit sur le péristyle.

 

A partir des années 70, les missions de lecture publique deviennent de plus en plus importante aux yeux des élus et des bibliothécaires. Un réseau de bibliothèques de proximité se développe donc progressivement sur le territoire de la commune, dans les quartiers, au plus près des usagers. La création d'un bibliobus urbain correspond à ce même souci d'aller au devant des habitants.

 

Outre cette "bibliothèque itinérante", le réseau de proximité comprend aujourd'hui cinq bibliothèques amiénoises (Bibliothèques Hélène Bernheim, Edouard David, Le Petit Prince, Saint-Leu et Léopold Sédar Senghor), une à Longueau (Bibliothèques Jacques Prévert) et une vingtaine de petites bibliothèques de proximité dans les autres communes de l'agglomération.

 

Depuis 2000, en effet, la Communauté d'Agglomération d'Amiens Métropole assume la compétence culturelle pour l'ensemble des communes qui la composent. C'est pourquoi les Bibliothèques municipales sont devenues les Bibliothèques d'Amiens Métropole. D'ici la fin 2011, le réseau se concrétisera véritablement à travers l'utilisation d'un catalogue et d'une carte de lecteur commun. Dorénavant, un usager inscrit dans un lieu pourra circuler librement dans l'ensemble des équipements.

 

Haut de page

 

 

 

Recherche rapide

 

Les derniers avis

 

Accès privé

 

Services en un clic

Mon panier contenant mes noticesMon panier
Mon panier contenant mes recherchesMes recherches

 

Historique

  • Aucun historique de navigation disponible.