Exposition Roland Dorgeles

Exposition Roland Dorgeles

Ce site a été réalisé par la société Archimed, le groupe Archimed rassemble 4 activités :

La division Culture et Savoir est leader français dans la mise en place de portails culturels, d'espaces publics multimédias et de portails de gestion, de recherche et de diffusion documentaires.

La division Neolage est spécialisée dans la mise en place de projets de GED, de numérisation, de capitalisation des connaissances, de travail collaboratif, d'archivage, de gestion du courrier, de photothèque, de veille documentaire et de workflow...

La filiale Doxense de gestion des impressions est spécialisée dans l'audit et les statistiques sur les impressions et les consommables, la rationalisation des coûts, l'optimisation du parc pour un gain de productivité, l'externalisation des matériels et services.

La filiale cap RH est spécialisée dans les systèmes intégrés de gestion administrative et financière de la formation, dans la gestion des compétences et des carrières et propose dans sa gamme logicielle une plateforme de e-learning et de suivi de la formation.

Accueil

Exposition Patrimoine

 

ROLAND DORGELES

AU NOM DE TOUS MES CAMARADES

 

 


L’exposition « Roland Dorgelès : Au nom de tous mes camarades » a été présentée à la Bibliothèque Louis Aragon, 50 rue de la République à Amiens, elle s’est  tenue du 15 novembre 2016 au 15 février 2017.
Vous pourrez  découvrir la vie et l’œuvre de Roland Dorgelès, son engagement combattant durant la Grande Guerre, son rôle de correspondant de guerre lors du second conflit mondial, son itinéraire entre les deux guerres (la vie montmartroise, les voyages et les colonies) et son implication au sein de l’Académie Goncourt.
Des pièces uniques provenant du Fonds Dorgelès des Bibliothèques d’Amiens Métropole ont été présentées pour la première fois au public.
De son vrai nom Laurent Lecavelé, Roland Dorgelès est né à Amiens en 1886. Après de brèves études à l'École des beaux-arts de Paris, il opte pour le journalisme et mène la vie de bohème de l'époque, jusqu'à la guerre, qu'il fait, dès 1914, comme engagé volontaire dans l'infanterie. Son livre, Les Croix de bois, lui vaut en 1919 à la fois la gloire et le prix Femina. Élu triomphalement à l'académie Goncourt en 1929, il accède à la présidence du jury en 1955, après la mort de Colette.
Au regard de la postérité, Roland Dorgelès risque de ne rester que comme l'auteur d'un seul livre, Les Croix de bois. Ce roman, considéré comme son chef-d'oeuvre, décrit sans recherche particulière d'écriture la vie quotidienne des poilus pendant la Grande Guerre et se rattache au courant de littérature pacifiste de l'époque, auquel appartiennent également des oeuvres comme Le Feu de Barbusse (1917), La Vie des martyrs de Duhamel , À l'ouest rien de nouveau de E. M. Remarque (1929).
En 1910, avec ses amis du cabaret du Lapin Agile, il fomente une énorme fumisterie où il fait passer un tableau peint par un âne et intitulé Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique pour une oeuvre d'un jeune surdoué nommé Joachim-Raphaël Boronali (anagramme d'Aliboron...) à l'occasion du Salon des indépendants. En 1914, bien que deux fois réformé précédemment pour raison de santé, il s'engage en se faisant appuyer par Georges Clemenceau, son patron au journal L'Homme libre. Il est versé au 74e régiment d'infanterie de ligne de Rouen le 21 août 1914. Il combat en Argonne et au nord de Reims ; puis passe au 39e régiment d'infanterie de ligne. Il participe aux combats du bois du Luxembourg en février 1915, à la Deuxième bataille d'Artois dans le cimetière de Neuville-Saint-Vaast en juin 1915 entre autres. Il devient élève pilote, est nommé caporal et décoré de la Croix de guerre.
En 1917, il entre au Canard enchaîné, où il se lie d'amitié avec Henri Béraud et Paul Vaillant-Couturier. Il publie dans ce journal un roman satirique intitulé La Machine à finir la guerre. Il écrit des articles de la même veine et dans le même journal entre 1917 et 1920. Pour certains de ses articles, il utilise le pseudonyme de Roland Catenoy, mais les plus importants (feuilletons, contes, articles polémiques) paraissent sous son nom. Les profiteurs de guerre, les députés, les forces de police sont particulièrement visés, ainsi que ceux qui diabolisent les bolcheviques.
En 1919, il publie le roman qui le rend célèbre, Les Croix de bois, inspiré de son expérience de la guerre. Le roman obtient le prix Fémina, la même année les jurés du prix Goncourt ne lui accordent que quatre voix, contre six à À l'ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust.
En 1923, il se marie à Hania Routchine, une artiste lyrique d'ascendance russe. Un séjour en Indochine lui inspire Sur la route mandarine. En 1929, il succède à Georges Courteline à l'Académie Goncourt.
En 1939, il devient correspondant de guerre pour Gringoire. C'est lui qui serait à l'origine de l’expression « Drôle de guerre » qui restera à la postérité. Il se réfugie à Cassis en 1940. Dès 1941, il cesse toute collaboration à Gringoire. Habitant à partir de novembre 1942 dans le Comminges, à Montsaunès, il y accueille son ami Raoul Dufy pendant un an. Montsaunès sert de cadre à son roman Carte d'identité publié en 1945.
En 1960, après le décès de sa première épouse, il se marie avec Madeleine Moisson (1909-1996). En 1954, il est élu président de l'Académie Goncourt, fonction qu'il occupe jusqu'à sa mort en 1973.
Roland Dorgelès fut président de l’Association des écrivains combattants. Il a donné son nom à une distinction littéraire délivrée par cette association, le prix Roland Dorgelès créé en 1995 pour des professionnels de la radio et de la télévision « qui se sont particulièrement distingués dans la défense de la langue française. »
Le succès des Croix de bois va inciter Dorgelès à se consacrer à une activité littéraire que l'on peut partager en trois courants : la guerre et l'après-guerre, qui lui inspireront encore Drôle de guerre (1939), Retour au front (1940), Sous le casque blanc (1942), Carte d'identité (1945) et Bleu horizon (1949) ; les voyages, qui lui fourniront les thèmes de récits comme La Route mandarine (1925), Partir... (1926), La Caravane sans chameaux (1928), Route des tropiques (1944) ; les précieux souvenirs de l'époque montmartroise enfin, d'où naîtront Bouquet de bohème (1947), Au beau temps de la Butte (1962) et deux romans, dont le second est la réplique optimiste du premier, Le Château des brouillards (1932) et Le Marquis de la Dèche (1971). En marge de ces trois courants se situent Saint-Magloire (1922), histoire d'un personnage entraîné malgré lui vers la philosophie, et des romans satiriques comme Le Réveil des morts (1923), Tout est à vendre (1957) et À bas l'argent (1965).
Le sens du comique et de la facétie domine dans l'oeuvre de Roland Dorgelès que la guerre aura finalement moins marqué que la fréquentation de la bohème montmartroise, sa collaboration aux journaux humoristiques de l'avant-guerre : Fantasio, Sourire, et son admiration pour Courteline, auquel il succéda à l'académie Goncourt.


 

 

 

 

 

INDEX

1. TITRE
2. CONCEPTION, AUTEURS, REMERCIEMENTS.
3. CITATIONS 1
4. CITATIONS 2
5. CITATIONS 3
6. AU NOM DE

MES CAMARADES
7. LA VIE QUOTIDIENNE

DES SOLDATS : VIVRE SUR LE FRONT
8.
LA VIE QUOTIDIENNE

DES SOLDATS : VIVRE SUR LE FRONT 2

9. LA VIE QUOTIDIENNE
DES SOLDATS : VIVRE SUR LE FRONT 3

10. LA RELATION ENTRE

SOLDATS ET OFFICIERS
11. L'OCCUPATION ALLEMANDE

PENDANT LA GRANDE GUERRE
12. l'AVIATION, NOUVELLE

ARME DE GUERRE
13. POURQUOI ET COMMENT

ROLAND DORGELES A ECRIT

" LES CROIX DE BOIS"
14. HISTOIRE D'UNE OEUVRE
15. ADAPTATION

CINEMATOGRAPHIQUE DES "CROIX DE BOIS"

16. ADAPTATION

CINEMATOGRAPHIQUE DES "CROIX DE BOIS" 2

17. LA RECONSTRUCTION

DANS "LE R2VEIL DES MORTS"

18. LA PLACE DES CHINOIS

DANS LA RECONSTRUCTION

19. LES RELATIONS ENTRE

PICARDS ET PARISIENS

20. RAPPROCHER COÛTE QUE CÔUTE, CES MAINS HIER ENSANGLANTEES

21. RETOUR AU FRONT

22. VACANCES FORCEES

23. VACANCES FORCEES 2

24. "MONTMARTRE, PATRIE DE LA CAMARADERIE"

25. DORGELES JOURNALISTE

26. "MONTMARTRE EST MORT

CE JOUR LA"

27. "PARTIR ! PARTIR ! QU'IL EST GRISANT, CE MOT, ON DIRAIT UNE PORTE OUVERTE SUR LE MONDE"

28. CONQUERIR N'EST PAS 

TOUJOURS TUER"

29. L'ACADEMIE GONCOURT

 

 

Recherche rapide

 

Les derniers avis

 

Accès privé

 

Services en un clic

Mon panier contenant mes noticesMon panier
Mon panier contenant mes recherchesMes recherches

 

Historique

  • Aucun historique de navigation disponible.